ACCUEIL

MENU

    CႢ Kichigai.com


Kintsugi :

Assemblage à lfor

Quand le Shogun sous la période Muromachi cassa son bol préféré, sa première réaction fut de le faire envoyer en Chine. Le grand frère était supposé être en avance technologiquement. Quand le bol revint, les morceaux de céramiques assemblés avec de grosses agrafes moches, le Shogun fut terrifié. Il demanda à son personnel de trouver une meilleure solution. On imagine déjà une armé dfingénieurs japonais se pencher sur le problème. A lfaide dfune laque mélangée à de lfor, le bol fut réparé. Il ne sfagit pas de cacher les failles : au contraire. A la façon dfun patient du cancer qui vous raconte sa chimiothérapie, le bol exhibe ses traumatismes avec fierté. Les morceaux recollés forment des motifs dont la trame aléatoire rappelle lfamour des potiers japonais pour la séremdipité. Les défauts de lfobjet forment la base de son charme. Alors que les imperfections viennent le plus souvent du processus de fabrication et des aléas de la cuisson, des bols peuvent être cassé dans le but de les recoller grâce à la méthode du Kintsugi. On pourrait dire qufen soulignant la fragilité du bol, cette insiste sur le caractère éphémère de lfexistence (Mono no Aware).

 

Alain de Botton : « les précieuses veines dfor sont là pour souligner que les cassures ont un mérite philosophique ».

@


ACCUEIL

MENU